Rencontre avec Erwan, fondateur de la cordonnerie Alchim.ee

Alchim.ee, la cordonnerie en ligne qui donne une seconde jeunesse à vos Sneakers.

La démocratisation de la consommation de sneakers, a favorisé l’émergence de nouveaux services. Désormais, un passionné de sneakers peut facilement se faire customiser une paire ou même encore lui donner une seconde jeunesse grâce aux cordonneries spécialisées dans la restauration de baskets. C’est en tout cas, ce que propose Erwan par le biais de son site www.alchim.ee, avec lequel il compte bien révolutionner le marché de la sneakers.

 

Salut Erwan, merci de m’accorder un peu de temps. Avant de débuter ton Portrait SneakHeart, est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots.

Salut Karim, et merci pour ton invitation !

Je m’appelle Erwan Gauthier j’ai 23 ans, j’habite à Paris et j’ai lancé www.alchim.ee, une cordonnerie en ligne pour nettoyer et restaurer les sneakers il y’a 4 mois.

J’ai fait des études dans le web, j’ai travaillé pour un groupe hôtelier et pour une agence de conseil avant de me lancer dans l’entrepreneuriat.

 

À quand remonte ton engouement pour la sneakers ? Et quel est ton rapport aujourd’hui à la sneaker (passionné, collectionneur, Addict, etc.).

Je ne pourrais pas te « dater » le début de mon engouement pour la sneakers, mais je crois que ça a commencé avec ma pratique du tennis, quand j’avais 8/9 ans. Je voulais toujours avoir les derniers modèles et les derniers coloris, je mettais même mes chaussures de tennis au collège, je pensais que j’étais stylé. Et puis plus tard, je me suis intéressé à la sneakers avec des premiers modèles comme les Adidas ZX Flux ou les Vans Slip-on. Tout de suite, j’ai voulu me démarquer, sans forcément aller chercher de gros heat, mais j’étais toujours à la recherche de LA marque ou du modèle un peu inconnu, que j’allais pouvoir exhiber avec fierté.

Aujourd’hui, je suis un gros passionné, sans avoir les moyens ni le temps de devenir un collectionneur. Maintenant que je travaille dans le milieu, je vois passer des super paires chez www.alchim.ee, et mon feed FB est remplie de jolies choses. Dernièrement j’ai cop la Diadora Intrepid Astro boy et une Van’s Toy Story, deux gros coups de cœur.

 

Te souviens-tu de ta première paire de sneaker (premier achat, paire offerte, etc) ? Si oui, quel est le facteur qui a influencé ton choix.

Je ne sais pas si c’est la première, mais en tout cas c’est celle dont je me souviens le plus. C’est la ZX Flux Multicolor d’Adidas. J’ai tout de suite accroché avec le CW, même si ma mère trouvait que ça faisait trop « Harlequin » ahah

Je me souviens, je l’avais commandé sur le site Adidas avec mon petit frère, on avait l’impression de faire décoller une fusée tellement on était concentré.

 

Quels sont tes trois kiff du moment en matière de sneakers ?

1er gros kiff : Diadora et sa dernière collab avec LC23.

J’étais à Rome il y’a quelque mois, et j’ai discuté avec le gérant de I Love Tokyo. Diadora en Italie c’est incroyable, c’est la référence en matière de sneakers. La dernière collab annoncée est mortelle, mais les précédentes avec la devise de Rome sont tout aussi incroyables. Les matériaux sont super, la finition est parfaite, je suis devenu un gros fan de la marque ces 5 dernières années.

2ème gros kiff :

L’annonce de la UltraBoost Futurcraft 4D. Bien que je ne l’aurais sûrement jamais au pied, je trouve que les progrès technologiques d’Adidas avec le Boost ouvre la porte à des milliards de possibilités. Demain, on sera capable de faire une semelle en impression 3D en 5 min à la maison, et ça va forcément créer des modèles très intéressants.

3ème gros kiff :

La Collaboration Nike x off white. J’étais comme tout le monde à l’annonce du drop, et j’étais comme tout le monde aussi quand j’ai mangé un gros L.

Mais clairement, Virgil Abloh a produit la plus belle collab Nike depuis des années. J’ai tout de suite flashé sur la Zoom Fly, que je cherche encore à un bon prix, je ne suis pas pressé .

Nike x Off White
Nike Zoom Fly x Off White

 

Est-ce qu’il y a une paire (que tu estimes impossible à avoir pour diverses raisons : prix, introuvable, etc.) que tu souhaiterais absolument pouvoir te procurer ?

Une Visvim FBT. C’est trouvable, mais le prix fait que pour l’instant, je n’ai pas eu le courage de cliquer. Le modèle est incroyable, tous les CW sont plus jolis les uns que les autres, et d’après certains propriétaires, la qualité est au RDV.

Tu es l’un des créateurs du site Alchim.ee, pourrais-tu nous dire quand et comment a débuté ce projet ?

Un soir en sortant de boîte de nuit, mon associé me montre sa paire de Air Force tachée de bière ou je ne sais quel autre alcool. Paire qu’il venait d’acheter, donc tu imagines la tristesse.

Et puis en marchant jusqu’au métro, on se dit quand même qu’il doit bien y avoir un moyen de les faire nettoyer par quelqu’un à Paris. À l’époque, les cliniques sneakers commencent à arriver à Paris. Et puis mon associé me dit qu’un gars dans sa classe fait des nettoyages et des restaurations pour lui et ses potes, chez lui, avec des produits achetés sur le net.

On a compris que certains avaient un savoir-faire, et qu’il fallait   le proposer au plus grand nombre. On est rentré de boîte, on n’a pas dormi, on a fait un site web en 4h, avec un concept et quelques photos, et le lendemain on a posté un message sur un groupe Facebook spécialisé Sneakers. En 1h, on avait 50 demandes. On s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire.

 

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ton site, pourrais-tu le définir en quelques mots ? Quels sont les services qu’on peut y retrouver ?

ALCHIM.EE c’est une cordonnerie en ligne pour nettoyer et restaurer les sneakers, qui s’appuie sur un réseau de passionnés indépendants sélectionnés et formés. Ils forment ce que l’on appelle dans notre jargon les Alchimistes.

Nos clients nous font une demande directement sur notre site, en répondant à 5 questions et en nous envoyant 2 photos, puis ils reçoivent un devis précis par mail 5 minutes après.

Nous allons ensuite trouver l’Alchimiste le plus proche et le plus compétent pour réaliser la prestation.

Les Parisiens déposent leurs paires dans nos bureaux dans le 10e Arrdt de Paris, les Bordelais / Lyonnais / Lillois / Montpelliérains / Nantais pourront directement rencontrer leurs Alchimistes, et pour tout le reste, il y’a La Poste.

Aujourd’hui, on est capable de quasiment tout réparer : Les trous , les semelles qui se décollent, la peinture qui s’effrite, les bulles d’air qui se percent. Nos Alchimistes apprennent (et nous aussi) de nouvelles choses en fonction des demandes qu’on à. On ne dira jamais à un client « c’est pas possible », mais plutôt « laisse nous essayer »

En parlant de prestations, comment sont sélectionnés vos Alchimistes ?

Aujourd’hui, on travaille avec 45 Alchimistes partout en France. Ce sont des gens que l’on connaît tous personnellement, avec qui nous échangeons au quotidien.

Ils sont tous passionnés de sneakers, certains sont cordonniers, d’autres peintres en bâtiment, d’autres designers, mais tous ont été sélectionnés par ALCHIM.EE, ont dut faire des prestations « test » avant de pouvoir prétendre à la réalisation d’une prestation d’un client, et les plus novices sont continuellement formés par les plus expérimentés, pour faire monter en compétences l’ensemble des Alchimistes.

Nous n’imposons pas l’usage d’un produit de nettoyage ou de restauration plutôt qu’un autre, mais nous privilégions les produits naturels, sans risque pour les matières.
Également, ALCHIM.EE  est en partenariat avec la Fédération Française de Cordonnerie, va former 10 cordonniers à Paris fin janvier, pour leur apprendre l’entretien et la restauration de sneakers.
C’est très important pour nous de pouvoir compter sur le savoir-faire des cordonniers, et de pouvoir créer des passerelles entre eux et nos Alchimistes, pour que chacun puisse apprendre de nouvelles compétences.

 

On voit fleurir un peu partout en France des enseignes spécialisées dans la restauration et customisation de sneakers. Quels sont les avantages à utiliser vos services plutôt qu’ailler directement dans ces enseignes?

L’apparition de ces boutiques est une très bonne chose pour le milieu sneakers.
À vrai dire, ces boutiques sont déjà nos partenaires, avec qui nous travaillons. Nous apportons déjà des clients à certaines boutiques à Montpellier ou à Nantes.

A ces boutiques et à celles qui nous rejoindront, nous apportons des clients dont la demande est déjà qualifiée et nous encadrons la logistique et le paiement.

Mais si on doit voir deux différences entre ALCHIM.EE et les boutiques :

 

  • Nous travaillons avec 45 Alchimistes, et nous prévoyons d’en inscrire 150 d’ici l’été 2018. Aucune boutique, sauf sous un régime de franchise, ne peut prétendre avoir 150 personnes opérationnelles, formées et compétentes pour effectuer des prestations. Plus d’Alchimistes, c’est des délais réduits, des compétences nouvelles, des prestations exclusives.

 

  • Nous avons créé une expérience client sur alchim.ee, qui permet à nos clients de faire une demande précise et de recevoir un devis détaillé en 5 minutes. Pas besoin de se déplacer en boutique avant d’être vraiment sur de nous confier ta paire, ALCHIM.EE te donne toutes les informations nécessaires.

 

Pourrais-tu nous dire comment a été accueilli ton concept vis-à-vis des professionnels et plus généralement dans le milieu de la sneaker ?

Je n’avais pas de « réputation » dans le milieu sneakers, alors je ne pouvais pas compter là-dessus pour le lancement d’ALCHIM.EE.

Je suis donc allé parler en personne à + de 3000 membres de groupes FB spécialisé sneakers, tout d’abord pour cerner leurs besoins et leurs attentes en termes d’entretien et de restauration de sneakers, pour ensuite développer l’offre ALCHIM.EE la plus adaptée.

Je pense que quand tu as cette démarche, les gens sont bienveillants.

Après il y’a toujours des réfractaires, on a plusieurs fois été traité de « roi de Photoshop » lorsqu’on montrait le résultat des prestations de nos Alchimistes. Mais je suis persuadé que le fait d’aller vers les gens te permet d’avoir une communauté solide, qui nous recommande maintenant à leurs amis.

On a un peu plus de 1400 likes sur Facebook, j’ai une conversation messenger avec chacun d’entre eux. C’est ultra important d’avoir les retours, de comprendre leurs attentes et surtout, qu’ils sentent que www.alchim.ee ce n’est pas juste un site, c’est surtout des personnes passionnées.

 

Comment vois-tu ton activité évoluer dans les mois à venir ?

Plus de clients, plus d’Alchimistes, plus de prestations disponibles…

Pour ça il faut qu’on améliore quotidiennement le produit et l’offre ALCHIM.EE , qu’on développe des partenariats, qu’on forme et qu’on intègre de nouveaux Alchimistes etc…

Et pour tout ca on cherche à structurer une équipe autour de nous, pour nous aider sur les 10000 choses à faire et à développer avec ce projet.

Notre ambition est de devenir l’ange gardien de la sneakers dans le monde. On veut être les meilleurs et devenir la référence française de l’entretien et la restauration de sneakers, puis Europénne, puis mondiale.

On cherche aussi à développer d’autres offres ALCHIM.EE, comme la customisation, très tendance en ce moment.

 

Pour conclure ce portrait SneakHeart, si tu avais le pouvoir de modifier une chose (pratique, mentalité, etc.) qui te déplaît dans le milieu de la sneaker, quel serait ce changement ?

Les préjugés ! Je pense que l’histoire des « jeunes riches en Yeezy VS les vieux passionnés en Air Max 1 » c’est juste faux. Avec ALCHIM.EE on rencontre de plus en plus de gens cool, car on a, je pense, cette bienveillance et cette innocence de se dire que tous nos clients sont de potentiels amis.

Si vous êtes vraiment passionnés de sneakers, c’est ni l’âge ni le quartier ou vous habitez qui vous rend différent, mais bien ce que vous portez et pourquoi vous le portez 🙂 .

 

Rencontre avec Erwan, fondateur de la cordonnerie Alchim.ee
Notez cet article
Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed