HolyCamille, une blogueuse influente.

Ancrée dans le paysage sneakers français, HolyCamille est certainement l’une des blogueuses les plus influentes et inspirantes de ces dernières années. Et devinez quoi ? Elle a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions. À cette occasion, elle est revenue pour SneakHeart sur son rapport à la sneaker … Bonne lecture

Holycamille

Salut Camille, merci de m’accorder un peu de temps. Avant de débuter ton Portrait SneakHeart, est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots.

Je suis Camille, blogueuse banlieusarde de 27 ans.

 

À quand remonte ton engouement pour la sneakers ? Et quel est ton rapport aujourd’hui à la sneaker (passionnée, collectionneuse, Addict, etc.).

Il a commencé assez jeune, je dirais un peu avant le collège, puis j’ai fait une pause vers 17/18 ans où je me suis essayée aux talons et toutes ces bêtises avant d’y revenir quelques années après. Je me considère comme une consommatrice et rien de plus !

 

Te souviens-tu de ta première paire de sneaker (premier achat, paire offerte, etc) ? Si oui, quel est le facteur qui a influencé ton choix ?

Oui, c’était une paire de Puma achetée à la frontière espagnole, mes parents n’avaient pas les moyens de m’offrir de paires de marques donc on avait trouvé celles-ci à un prix vraiment dérisoire. Plus tard c’est mon ancien beau-frère qui m’a offert mes premières Tn et mes premières Shox !

 

Quels sont tes trois kiff du moment en matière de sneakers ?

Mhhhh hormis la VaporMax rien de bien original, la Tn et la 97 je dirai !

Holycamille Holycamille

 

Est-ce qu’il y a une paire (que tu estimes impossible à avoir pour diverses raisons : prix, introuvable, etc.) que tu souhaiterais absolument pouvoir te procurer ?

Non, aucune, je ne suis pas trop dans ce délire de la traque de la paire de rêve. J’achète une paire si elle me plaît et ça s’arrête là.

 

J’aimerais aborder avec toi le sujet de la femme dans le milieu de la sneaker. C’est en partie grâce à la gent féminine que le port des sneakers s’est démocratisé. Les femmes ont su s’imposer dans un univers qui était auparavant un monde « d’homme ». Bien plus encore, elles ont su s’organiser comme le prouve le collectif LBES, dont tu fais partie. Penses-tu qu’au niveau mentalité les meufs aient un temps d’avance sur les mecs ? 🙂

En règle générale tu veux dire ?
Je ne sais pas si on a un temps d’avance, je dirais même qu’on en a un de retard à cause de la société patriarcale et masculine dans laquelle on évolue mais que notre génération et celles à venir sont prêtes à reprendre la place qui leur est due.

 

Peux-tu nous dire comment se sent HolyCamille dans ce milieu et l’image qu’elle en retient ?

J’ai arrêté de me soucier de ce que pensaient les gens, de ce que je fais ou de ce que je suis en général et j’essaie d’en faire de même pour les autres. J’ai été dans le jugement, beaucoup, y a quelques années. Aujourd’hui je n’en ai plus rien à cirer, que chacun fasse ce qu’il veut tant qu’il ne met pas les autres en danger.

L’image que j’en retiens est la même que pour les autres niches (le monde des blogueurs, celui des tatoués etc), c’est bien si t’as un orteil dedans mais si t’en as la possibilité fais en sorte d’avoir tout le reste du corps en-dehors.

 

Lors des collaborations on constate bien souvent que les marques choisissent des figures (créateurs, couturiers, artistes etc) masculines pour les accompagner dans leurs projets. Selon toi, est-ce que les marques intègrent pleinement la gent féminine dans le milieu de la sneaker ?

De plus en plus oui, faut pas être trop gourmand non plus, ça a déjà énormément évolué, tout est une question de patience.

 

Est-ce qu’il y aurait une figure féminine que t’aimerais voir collaborer avec une marque ? Peut- être toi ? 🙂

Moi pourquoi pas ! Après avec qui et pourquoi faire… C’est une autre histoire !

 

D’ailleurs à ce titre as-tu déjà été approchée pour une collaboration ? Et si un jour tu avais l’opportunité de collaborer avec une marque, avec quelle marque aimerais-tu partager un projet ?

Ça dépend ce que tu entends par collaboration, des partenariats avec des marques j’en fais tout au long de l’année, maintenant si tu me dis développer un produit : non, on ne me l’a jamais proposé, évidemment si je devais le faire avec quelqu’un ce serait avec Nike ! Mais bon, je ne me fais absolument pas d’idée à ce sujet, je reste tranquille à ma place 🙂

 

Comme j’ai pu l’indiquer précédemment, la sneaker est aujourd’hui devenu un basic dans les garde-robes. Le terme sneaker est lui-même utilisé à toutes les sauces. Comment vois-tu l’évolution de la sneaker dans les années à venir ?

C’est un business pérenne, on le sait. Je pense que beaucoup vont se lasser, peut-être même moi, mais que dans tous les cas ce n’est pas prêt de mourir !

 

Pour conclure ce portrait SneakHeart, si tu avais le pouvoir de modifier une chose (pratique, mentalité, etc.) qui te déplaît dans le milieu de la sneaker, quel serait ce changement ?

Que les gens arrêtent de parler pour ne rien dire (mais ça vaut pour tous les milieux), que chacun se mêle de ses fesses et qu’on laisse les autres vivre leur vie, un peu et qu’on essaie d’être content pour ceux qui réussissent ce qu’ils entreprennent.