The Golden Shape

Rencontre avec Romain, fondateur du site internet The Golden Shape

The Golden Shape, des créations à couper le souffle !

Les portraits SneakHeart continuent et pour ce nouvel opus, j’accueille l’une des étoiles montantes dans l’univers de la sneaker. Il s’agit de Romain, fondateur du site internet The Golden Shape. Ses créations font aujourd’hui le tour du monde, et ne cessent d’émerveiller les amoureux de belles sneakers. Il a eu la gentillesse de revenir pour SneakHeart sur son crush pour les sneakers et ses projets.

 

Salut Romain, merci de m’accorder un peu de temps. Avant de débuter ton Portrait SneakHeart, est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots.

Salut Karim, déjà merci pour l’invitation. Comme tu l’as dit, je m’appelle Romain. J’ai 28 ans et je bosse dans la communication digitale sur Paris. Je suis également un passionné de sneakers qui se cache derrière The Golden Shape, un site à mi-chemin entre news, culture et création de concepts originaux.

 

À quand remonte ton engouement pour la sneakers ? Et quel est ton rapport aujourd’hui à la sneaker (passionné, collectionneur, Addict, etc.).

Depuis très jeune déjà le style vestimentaire et particulièrement les baskets avaient une grande importance pour moi. A l’âge de 10-11 ans, quand mes potes commandaient des jeux vidéo à Noël moi c’était 2 paires de sneakers. Aujourd’hui j’ai perdu mes yeux d’enfant mais chaque nouvelle acquisition amène toujours le même engouement chez moi. J’ai toujours le même réflexe un peu louche de vouloir sentir l’odeur du neuf quand j’en reçois une nouvelle !

Personnellement je me sens un peu détaché du terme galvaudé de « sneakers addict ». Je dois avoir une cinquantaine de kicks chez moi mais pour autant j’ai le recul nécessaire pour ne pas claquer un smic dans une paire, aussi lourde soit-elle.

 

Te souviens-tu de ta première paire de sneaker (premier achat, paire offerte, etc) ? Si oui, quel est le facteur qui a influencé ton choix ?

Comme si c’était hier : une Air Max Tailwind 2000 avec un dégradé blanc-violet sur le upper. C’était pour Noël. Dès l’instant où j’ai vu la paire dans un catalogue la Redoute je n’ai plus lâché mes parents jusqu’au jour J.

Elle a une saveur particulière pour moi et, avec la chance, j’ai réussi à remettre la main dessus il y a quelques années sur eBay. Bon c’est un 38 mais au moins maintenant je peux en profiter tous les jours.

 

Quels sont tes trois kiff du moment en matière de sneakers ?

Si je devais en sortir trois je commencerais par la Off-White x Nike Air Max 97. Comme beaucoup j’ai adoré le taf qu’a fait Virgil Abloh avec la collection The Ten (que j’ai d’ailleurs élargi à 13 lol). Et même si je dois reconnaître que la Jordan 1 est particulièrement bien réussie, j’ai un peu de mal à porter du Jordan. Avec la 97 c’est différent : je la trouve minimaliste avec juste ce qu’il faut. J’ai d’ailleurs eu la chance d’être sélectionné pour la raffle Patta London, j’ai enchaîné l’aller-retour dans la journée juste pour aller la récupérer.

En numéro 2, toujours chez Nike j’ajouterais la Nike Zoom Vaporfly 4%. J’aime bien la silhouette et le cw (colorway) original marche bien à mon goût. L’autre jour je l’ai vu on feet chez un vendeur de Nike Factory et ça rend encore mieux que sur les photos.

Pour finir, en numéro je mettrais 3 la Adidas Futurecraft 4D. Personnellement je suis impressionné par la technologie d’impression mise en œuvre et j’ai hâte de voir ça en vrai.

 

Est-ce qu’il y a une paire (que tu estimes impossible à avoir pour diverses raisons : prix, introuvable, etc.) que tu souhaiterais absolument pouvoir te procurer ?

Au risque de ne pas paraître très original j’aime beaucoup la Nike Air Max 1 Master en édition ‘Friends & Family’. Bizarrement, j’ai encore un peu de mal avec la classique en noir, mais celle-là je suis tombé fan direct. Mais bon, il faut se faire une raison, je crois qu’il n’y a que 50 exemplaires qui ont été produit donc je ne suis pas prêt de pouvoir mettre la main dessus.

 

Tu as créé le site The Golden Shape sur lequel tu exposes tes différentes créations. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ton site, pourrais-tu le définir en quelques mots.

Pour faire simple, The Golden Shape c’est un site qui réunit à la fois des concepts originaux (make-up et hybrid), de l’actualité et de la culture sneaker. Je ne me contente pas de créer des paires, j’essaye à chaque fois d’y apporter un peu d’histoire, un peu de contenu pour expliquer mon choix de travailler sur tel ou tel modèle.

 

Pourrais-tu nous décrire brièvement ton processus de création. (Comment te vient l’inspiration, le temps que t’y consacres, etc).

L’inspiration, elle peut venir de tout et de rien. D’une paire qui vient de sortir, d’une collaboration annoncée, d’une photo que je vais voir sur les réseaux… Il n’y a pas vraiment de limite à part mon imagination.

Au niveau du process de créa, la première étape consiste à trouver un visuel de qualité de la/les paire(s) que je souhaite modifier. C’est ce qui conditionne tout le reste dans le sens où, vu que c’est de la retouche d’image et non de l’illustration, il me faut des photos HD pour commencer à travailler.

Ensuite vient l’étape du détourage, où je découpe chaque partie, chaque empiècement de la basket à retravailler. Des fois ça peut aller jusqu’au découpage des coutures extérieures, donc forcément quand on en arrive à ce niveau de précision, ça peut prendre beaucoup de temps (jusqu’à 7-8h pour faire une paire).

Pour moi le souci du détail est très important et, au final, quand je vois qu’il y a des gens qui me contactent pour me demander comment cop la paire en pensant que c’est une vraie, je me dis que le taf fait son effet.

 

Tes créations sont principalement virtuelles. As-tu déjà essayé de les rendre réelles ?

Je vais en profiter pour passer un message à ceux qui me disent parfois que mes paires sont dégueulasses : il faut bien comprendre que je ne fais pas toujours des concepts pour qu’ils soient beaux, mais simplement pour qu’ils fassent réagir, ou pour imaginer des collaborations improbables qui ne pourraient jamais voir le jour.

Et pour répondre à ta question, honnêtement non. J’ai déjà collaboré avec un artiste qui fait du custom pour réaliser une paire que l’on avait imaginée avant en virtuel mais pour le reste ce n’est jamais parti de moi. Je me tâte à faire du print et des tee-shirts mais c’est quelque chose qui prend du temps et aujourd’hui je n’en ai pas assez pour m’y consacrer.

 

Tes créations ont fait le tour du monde et sont très appréciées par les sneakers addicts. Comment expliques-tu l’engouement qu’il y a autour de tes créations ? Penses-tu que les créations des marques sont devenues trop stéréotypées ?

Je pense simplement que les gens sont contents de voir autre chose, de voir des collaborations impossibles, des hybrides improbables comme ma Nike Air VaporMax Futurecraft 4D.

Je fais avant tout ça pour le plaisir et parce que ça m’amuse de mixer tout et n’importe quoi et je pense que ça se ressent dans mon travail. Après pour être honnête, je m’attaque souvent à des modèles ou des marques hypes donc forcément quand les fans de sneakers voient ça ils réagissent de façon excessive, en positif ou en négatif d’ailleurs.

 

J’ai récemment vu qu’un site spécialisé dans la contrefaçon (que je ne nommerai pas ici) s’est amusé à reprendre un de tes designs. Quelle est ta réaction vis-à-vis de cela ?

Sincèrement je suis un peu partagé. D’un côté, voir ses créas comme la Uptempo ou la Sock Dart Off-White sur des sites chinois c’est forcément flatteur, ça veut dire qu’il y a de l’engouement autour de mon travail. Mais d’un autre côté, il y a aussi ce sentiment de frustration de se dire qu’entre guillemets, quelqu’un te vole ton travail pour se faire de l’argent avec.

 

Nous vivons dans un monde ultra connecté, pour un créateur comme toi, est-ce que tu éprouves des difficultés à protéger tes œuvres ?

C’est un peu paradoxal dans la mesure où mon travail repose sur des baskets qui elles-mêmes ne m’appartiennent pas (elles sont la propriété de Nike, Adidas…). Après oui, j’appose toujours mon logo, ma signature sur mes visuels pour que les gens puissent faire le lien vers moi, mais trop souvent je retrouve mes paires sur des sites, forums ou comptes IG où ils ont font sauter le copyright et se l’approprient donc là forcément c’est rageant. Mais bon, c’est comme ça, ça fait partie du jeu. Heureusement j’ai quelques followers bien sympas qui s’occupent de faire la police pour moi quand ils voient ce genre de choses.

 

Comment vois-tu ton activité évoluer dans les mois à venir ? Ambitionnes-tu un jour de collaborer avec une marque ?

Evidemment ce serait un rêve et un aboutissement de pouvoir créer ma propre paire même si je sais que c’est difficilement accessible.

Comme je le disais plus tôt, j’aimerai bien me lancer dans le print et le clothing mais pour ça il faut du temps et des moyens, choses que je n’ai pas forcément pour le moment. Ça fait déjà 4 mois que je veux lancer la V2 de mon site web… lol.

 

Pour conclure ce portrait SneakHeart, si tu avais le pouvoir de modifier une chose (pratique, mentalité, etc.) qui te déplaît dans le milieu de la sneaker, quel serait ce changement ?

Je pense qu’aujourd’hui il y a un tel engouement autour de la sneaker qu’on en est arrivé à une culture de masse qui nuit au milieu. Globalement j’ai l’impression que les marques nous servent du réchauffé avec 15 rééditions par semaine, multiplient les collaborations sans relief et en oublient l’essentiel : faire rêver le consommateur. Et le pire dans tout ça c’est que c’est bien souvent au détriment de la qualité alors que les prix, eux, ont plutôt tendance à augmenter.

Plusieurs fois je me suis vu renvoyer des paires à cause de traces de colle ou de défauts de fabrication. À 150 ou 200€ c’est difficilement acceptable.

 

Plus d'articles
Holycamille
Rencontre avec HolyCamille, portrait d’une blogueuse passionnée.