Rencontre avec Léo, influenceur et fondateur de Asics Team

Léo, un passionné de la marque nippone Asics.

J’ai l’immense plaisir de vous proposer un entretien exclusif avec Léo. Si son prénom ne vous dit pas grand, sa page Asics Team elle vous dira certainement quelque chose. Il est revenu pour SneakHeart sur sa passion pour la marque japonaise Asics. Bonne Lecture. 

Peux-tu te présenter pour les lecteurs de Sneakheart ? Un surnom ? Ta contribution ? (Page FB etc)

Alors moi c’est Léo, je suis le créateur de Asics Team sur Instagram. Avec deux amis, un australien et un allemand, on partage des photos d’Asics, et l’on essaie d’informer nos followers sur ce qu’il se passe autour de la marque.

D’où t’es venu cette passion pour les sneakers ?

À vrai dire, je n’en ai absolument aucune idée. J’ai baigné là dedans depuis mon enfance via ma mère, qui elle même portait fréquemment des sneakers, type Adidas, New Balance ou Spring Court.

Ta première sneaker ?

Une paire de Reebok, du 18 (size). Je l’ai toujours chez moi d’ailleurs.

 

Combien de paires possèdes-tu ?

De Asics, à peu près 200. Dans ma collection, environ 260 j’imagine.

 

On m’a parlé de ta passion pour la marque Nipponne. Pourrais-tu nous dire pourquoi Asics ?

Question compliquée. Plein de facteurs rentrent en jeu. Pour moi, sur le marché actuel, Asics représente la marque la plus intéressante de part son évolution, son nombre de modèles et ses idées de collaborations.

 

Une collaboration avec Asics que t’aimerais voir ?

Asics_Team x Asics, évidemment!

 

 

Qu’est ce que pour toi une sneaker réussie ?

Je n’ai jamais cherché à avoir une paire avec des matériaux de folie et à un prix exorbitant. La simplicité est plus intéressante, et la Gel-Lyte III représente ça à merveille. Le nombre de combinaisons matériaux/coloris est infini.

 

Une paire qui sort du lot parmi ta collection ?

Plusieurs. La « Long Beach » de Proper sur une GT-II, première collab entre Asics et un shop, la Patta Gel-Lyte III, la « Fifth Dimension » de Slam-Jam, probablement une des plus belles paires de chaussures à ce jour.

Asics x Proper Long Beach Asics Proper

Asics x Patta Gel-Lyte IIIGLIII Patta

Asics x Slam-Jam Fifth Dimension SJ

Un top 3 des Sneakers que tu rêverais d’avoir ?

Il me manque quelques collaborations avec Ronnie Fieg que j’aimerais bien choper, mais les prix sont trop violents, la « Navy Aqua », les deux « Super Red ».  Ah si, je cherche depuis des années les deux GT-II du Bread & Butter Berlin mais c’est introuvable à ma taille, comme la première Gel-Lyte III avec Atmos.

Asics x Ronnie Fieg Navy Aqua
RF marine d'aqua

Asics x Ronnie Fieg Super Red
RF SR

Asics x Bread & Butter Berlinsalmon_x_butter_ii

Asics x Atmos

gel ASICS atmosphérique tache-iii-1

 

D’un point de vue personnel, qu’est ce que t’a apporté le milieu de la sneaker ?

Un compte en banque bien vide! Plus sérieusement, de belles rencontres avec des gens qui ont la même passion que moi, à travers le monde.

D’une manière générale, comment expliques-tu cet engouement autour de la sneaker ? Qu’en penses-tu?

Tout simplement parce que c’est un phénomène de mode, énormément relayé par les médias en tout genre, blogs, magazines, notamment féminins. Depuis des années on voit des célébrités porter des sneakers et faire des collaborations avec des marques, de Michael Jordan à Kanye West. Ces gens influencent une grosse partie de la jeunesse, donc forcément, il faut porter les mêmes chaussures qu’eux.
Mon avis est mitigé. Je parlais de Kanye West 30 secondes plus tôt, je ne suis pas convaincu de l’intérêt qu’apporte ce type de personnes à la sneaker en général.

Le milieu de la Sneaker est difficile à cerner. Pourrais-tu donner ton ressenti sur cette communauté?

Je peux comprendre que ce milieu paraisse difficile à cerner, mais une fois que l’on commence à s’y intéresser, ce n’est pas aussi compliqué que ça en a l’air. Cette communauté, c’est un peu 50/50, il y a un côté très fermé et élitiste, mais une fois que tu rentres vraiment dedans, notamment grâce à internet, tu te crées des relations à droite et à gauche et tout devient moins compliqué.

En France, penses-tu qu’il y ait un retard au niveau des mentalités ? On reproche souvent que c’est un milieu très fermé, voir select. Est-il vrai qu’il y ait en quelque sorte un manque de solidarité que l’on pourrait retrouver ailleurs?

Je vais être franc, je ne connais pas très bien la scène française. Etant focalisé sur une marque uniquement, et celle-ci étant très peu présente ici, j’ai très peu affaire aux français.
Il y a forcément un léger retard dans le sens où nous avons très peu de shops ici, Colette étant omniprésent, laissant peu de place aux autres. Quand tu vas en Allemagne, t’as 50 shops différents qui ont tous un réel impact sur la communauté, et donc un accès aux sneakers plus facile.

Que penses-tu des dérives qu’il y a autour de la Sneaker ? Notamment autour du resell ?

Malheureusement, le resell, c’est une part entière du truc maintenant. Tu peux pas faire autrement, c’est comme ça. Je vais pas te dire que ça me plait, parce qu’en réalité ça me débecte, mais on ne peut rien y faire. Il est des fois impossible de choper une paire que tu veux à cause de mecs qui utilisent des bots sur internet ou qui campent avec 3000 potes, mais si tu as des bons contacts, t’arriveras toujours à trouver ce que tu veux. Un des aspects intéressants de cette communauté.  Après, la grosse part du resell se fait sur des paires qui ne m’intéressent pas du tout, Jordan, Yeezy… Regarde la NMD en ce moment, de la pure folie. Il me tarde que les gens se rendent compte que c’est la nouvelle Flux de Adidas, et que c’est bien naze.

En un mot, que t’évoque le mot Sneaker ?

Aubergine.

Rencontre avec Léo, influenceur et fondateur de Asics Team
Notez cet article
Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed
Plus d'articles
Pour elle : Notre Top 5 des Sneakers pour cet automne